Les archives du Théâtre de Nice

 
1997 - 1998
 
Théàtre de Nice
 
20 spectacles
Sous la direction de:
Jacques Weber
 

Calendrier de la saison

L'édito

Edito de la saison 1997 - 1998

EDITO 1997 - 1998


La saison dernière, à peu près dans le même temps où l’on débaptisait le Zaïre pour le rebaptiser Congo, où Mobutu-Ubu 1er était remplacé par Kabila-Ubu 2ème, à l’heure où les grandes exodes de l’Afrique charriaient leurs lots d’enfants et de femmes victimes et martyrs, à l’heure où la télévision décidait d’en parler parce que le problème yougoslave était soi-disant fini et les élections françaises ennuyeuses, dans un beau théâtre bien doré, bien parisien, Arnaud Bédouet recevait le Molière du meilleur auteur pour sa pièce Kinkali, et le Théâtre de Nice recevait le Molière de la meilleur pièce de création, toujours pour Kinkali.Il y avait dans l’air de l’extase minaudière, les superlatifs fusaient à la vitesse de la disparition des petits fours, bref Arnaud Bédouet, Nice et l’Afrique étaient à l’honneur.

Les grandes misères ne doivent pas taire les petites joies, et mon équipe et moi-même n’oublierons jamais celle de voir un auteur que nous avons toujours soutenu et aidé, récompensé. Mais au même moment n’a-t-on pas envie de dire que les petites joies ne doivent jamais être des cache-misère. Et puis les grandes et belles joies, ces énormes secondes qui tissent les très riches heures du théâtre sont toujours plus près de la nudité des êtres et du monde que de leur vanité.

L’important n’est pas de déjouer les paradoxes ou de les résoudre à force de cynisme et de grands mots tout vides, l’important est de savoir que dans quelque livre, quelque théâtre que ce soit, qu’il s’agisse de théâtre chez les gens, dans la rue, de quartier, de théâtre doré ou en béton, privé ou public, l’acte reste le même : une sorte d’exercice bienveillant et convivial de la révolte, une grande claque pour le réveil des évanouis ; et puis, comme on nous l’apprenait à l’école, oui mille fois oui, il est toujours question de purger son âme.

Le théâtre ne changera pas le monde, il l’accompagne. Et lorsque durant 1 heure, 2 heures, cinq cents ou mille personnes relèvent la tête pour mieux voir, si chacun retrouve dans son « jardin » la formidable chance de penser, de s’émouvoir, de vivre, quelque chose de bien, quelque chose d’extrêmement important est en train de se passer dans un bout du bout des bouts des mondes.

Dans de grands classeurs ou ordinateurs une saison est prête, attendant que tous les soirs à 20h30 il fasse « jour la nuit ». Des ouvriers de la littérature, comme Arnaud Bédouet, ceux des chiffres, des billets et du public, tout ce petit monde mâchonne son crayon, rature ses brouillons, se prépare à rencontrer cette multitude hétéroclite si mystérieuse des soirées de théâtre.

Tout le monde s’est mis au boulot pour faire péter las baraques et les digues, pour édifier une fois encore des ponts, des passerelles et des routes, entre nous, voilà tout.
Jacques Weber, 21 mai 1997

L'équipe

L'équipe de la saison 1997 - 1998

L’EQUIPE 1997-1998

Direction générale
Jacques Weber
Direction administrative
Yves Saussinan

Secrétaire de direction
Simone Ginefri

Secrétaire générale
Mady Léo
Directrice relations publiques, presse
Dany Montiglio
Secrétaire
Dominique Buttini

Responsable accueil
Nicole Tiramagni
Responsable caisse
Sylvie Langlois
Accueil-caisse
Agnès Mercier, Ella Perrier

Chef comptable
Serge Frigerio
Secrétaire comptable
Michaela Cogno

Standardistes
Fabienne Ortiz, Marie-Ange Serini

Directeur technique
Yves Guérut
Secrétaire
Virginie Gallo

Régisseurs généraux
Alain Bruno, Jean-Paul Moye
Chef machiniste
François Bollone

Machinistes-constructeurs
René Burg, Sauveur Fargione, Christian Romana

Responsable d’atelier
René Traverso
Constructeur-machiniste
Pascal Brodin

Régie son
Francis Nolier
Régisseurs éclairagistes
Jacques Moreau, Nicolas Gilli
Régisseur lumière
René Poulin

Mireille Courtial
Mimi nous a quitté, brusquement, au printemps


Les crédits

Crédits de la saison 1997 - 1998

Le programme a été réalisé par les établissements
Ciais s.a. imprimeurs-créateurs - Nice

Avec la collaboration de
Mady Léo, Dany Montiglio (documentation)
Gilles Nifenecker (conception graphique)
Grégoire Gardette (couvertures)
Bernard Touillon (photo couverture)
Megapom (photocomposition PAO)

 
 
Théâtre de Nice
Les Loutres ne jouent pas du ukulélé
 
 
Théâtre de Nice
Le Barbier de Séville
 
 
Théâtre de Nice
Les Précieuses ridicules
 
 
Théâtre de Nice
Allegria opus 147
 
 
Théâtre de Nice
Souingue !
 
 
Théâtre de Nice
La Princesse de Clèves
 
 
Théâtre de Nice
Le Monde en vaut la peine
 
 
Théâtre de Nice
La Tragédie de Macbeth
 
 
Théâtre de Nice
Y'a d'la joie !
 
 
Théâtre de Nice
La Seconde surprise de l'amour
 
 
Théâtre de Nice
Le Visage d'Orphée
 
 
Théâtre de Nice
La Pluie de feu
 
 
Théâtre de Nice
La Jeanne de Delteil
 
 
Théâtre de Nice
Samedi dimanche et lundi
 
 
Théâtre de Nice
Gaspard
 
 
Théâtre de Nice
L'Eveil du printemps
 
 
Théâtre de Nice
Morphine
 
 
Théâtre de Nice
Pète pas les plombs (stress)
 
 
Théâtre de Nice
Dialogue en ré majeur
 
 
Théâtre de Nice
Une Journée particulière