Les archives du Théâtre de Nice

 
1999 - 2000
 
Théàtre de Nice
 
30 spectacles
Sous la direction de:
Jacques Weber
 

Calendrier de la saison

L'édito

Edito de la saison 1999 - 2000

EDITO 1999 - 2000


Bientôt la Tour Eiffel éteindra sa vilaine horloge lumineuse, les Pères Noël déserterons l’alentour des Grands Magasins et bientôt, très bientôt, demain au plus tard et au plus tôt le chiffre 2 sera le n°1 au Hit Parade.

An 2000 ! An 2000 ! Il va falloir du neuf et de la fête à tout prix… les marchands du Temple feront leurs choux gras, les grands rassemblements éclipserons l’effet Coupe du Monde, un nouveau slogan fleurira « et 1 et 1 et 2… on a gagné ! », les petits savants des débats télévisés disserterons sur le calendrier romain et le décompte des années bissextiles, tandis qu’à la grand’messe, « relookée »pour la circonstance en vert martien, un virtuel de PPDA sans cravate et en tee-shirt nous annoncera le chiffre record de vente d’huîtres et de champagne.
« Ce soir, chez ces gens là on ne parle pas, monsieur, on ne parle pas, on bouffe »…

Pendant ce temps, à la lumière d’une unique lampe, triste et belle comme une étoile égarée, qu’on appelle « là-bas » au théâtre, une servante, un homme est là, il cherche quelque chose sur une scène muette et nue.
Est-ce le metteur en scène, le concierge, le régisseur, un acteur… Il n’y a plus d’yeux pour le voir ou de mots pour le dire.
La représentation n’ordonne plus, ici et maintenant, le monde est dans son ventre, il n’y a ni cri, ni expression, ni la lumière des traits mais la forme des ombres. Un homme cherche dans le fourbi des songes.
Il croit encore au théâtre, comme on croit aux églises et pas forcement à Dieu ; comme on croit au Pacifique de Magellan, à l’Atlantique de Tabarly ou à ces lieux qui attendent, le monastère au sommet de la montagne, la chapelle au centre du village.
Tous ces enclos de silence sont les veilleurs du monde, des passeurs de mémoire.
Le temps ne peut être roi, sa mesure est fausse, l’an 2000 n’est que superposition de calculs nécessaires, d’histoires et de superstitions. Le temps est captif du rêve et du silence, le théâtre en est la patrie, l’éphémère des heures fixes y constitue l’éternité.
Il n’y a qu’au théâtre où l’on prend encore le temps de raconter des histoires, avec rien, une scène en bois, un coin de rue, avec ce que le monde peut nous offrir.
Quelque soit l’âge et la santé de la terre, le théâtre, mon métier je l’ai appris (avec le temps), fait du bien, je le sais, en racontant des histoires aux autres ; des histoires de l’
Histoire, des gens, des pauvres et des puissants, des anciens, des nouveaux et des futurs, une histoire qui met à jour la nuit des temps.
« L’An 2000 » un slogan de plus, une illusion en moins.

Plus de 17 pays vont cette année vous raconter leurs histoires, pays en guerre cruellement blessés, où la mort a pris ses quartiers, ceux-là plus que tout autre racontent obstinément la vie, plus que tout autre ont besoin de ces heures arrachées aux massacres, à la misère, à l’horrible connerie du monde, pays aux démocraties anciennes, à la paix éprouvée et durable (jusqu’à quand ?), ceux-là recherchent la vie, ont besoin d’un verbe musclé, qui bande, qui réveille la mollesse, la fatalité, la fatalité égoïste des peuples favorisés.
Moi, je vous raconterai Galilée, un homme qui lui aussi cherchait. Au bout d’une méchante lunette il pressentit que l’homme ne serait jamais plus au centre du monde et la vie dès lors prit un autre sens. Plus tard, tout près de nous, en 1969, Amstrong marcha sur la lune que Galilée avait dessinée. Amstrong fit un petit pas pour un homme, Galilée, un grand pas pour l’humanité… tous deux cherchaient la vie ; sentir la vie dans la dissolution du temps, peut-être est-ce ce que nous cherchons.
« Tous les arts (et j’ajoute le théâtre aussi) concourent à un seul art, le plus difficile de tous, l’Art de vivre ».
Telle sera ma conclusion ou ma boussole pour… l’an 3000.
Jacques Weber

L'équipe

L'équipe de la saison 1999 - 2000

L’EQUIPE 1999-2000

Direction générale
Jacques Weber
Directeur administratif
Yves Saussinan

Secrétaire de direction
Simone Ginefri

Secrétaire générale
Mady Léo
Directrice relations publiques, presse
Dany Montiglio
Secrétaire
Dominique Buttini

Responsable accueil
Ella Perrier
Responsable caisse
Sylvie Langlois
Accueil-caisse
Agnès Mercier, Eric Delucis

Standardiste
Fabienne Ortiz

Chef comptable
Serge Frigerio
Secrétaire comptable
Michaela Cogno
Aide comptable
Isabelle Saussinan

Directeur technique
Yves Guérut
Secrétaire
Virginie Gallo

Régisseurs généraux
Alain Bruno, Jean-Paul Moye
Chef machiniste
François Bollone

Machinistes-constructeurs
Sauveur Fargione, Christian Romana

Responsable d’atelier
René Traverso
Constructeur-machiniste
Pascal Brodin

Régie son
Francis Nolier
Régisseurs lumière
Jacques Moreau, René Poulin, Alexandre Toscani

Les crédits

Crédits de la saison 1999 - 2000

Programme réalisé par les Etablissements Ciais, imprimeurs à Nice
Rédaction et iconographie, Mady Léo et Dany Montiglio
Conception graphique : Gilles Nifenecker
Infographie : Megapom

 
 
Théâtre de Nice
L'avare
 
 
Théâtre de Nice
Chère Eléna Serguéiévna
 
 
Théâtre de Nice
Biographie: un jeu
 
 
Théâtre de Nice
Les Pensionnaires
 
 
Théâtre de Nice
On était si tranquille
 
 
Théâtre de Nice
Bagages accompagnés
 
 
Théâtre de Nice
Parle moi comme la pluie
 
 
Théâtre de Nice
Aberrations du documentaliste
 
 
Théâtre de Nice
Pour Louis de Funès
 
 
Théâtre de Nice
Peines de cœur d'une chatte française
 
 
Théâtre de Nice
Misia
 
 
Théâtre de Nice
Mon monde à moi
 
 
Théâtre de Nice
La Vie de Galilée
 
 
Théâtre de Nice
La Colonie pénitentiaire
 
 
Théâtre de Nice
Temps de chien
 
 
Théâtre de Nice
L'Ile de Dieu
 
 
Théâtre de Nice
Le Songe
 
 
Théâtre de Nice
Miroirs noirs
 
 
Théâtre de Nice
Biographie: un jeu
 
 
Théâtre de Nice
La Strada
 
 
Théâtre de Nice
St-Nicholas
 
 
Théâtre de Nice
Le Carré
 
 
Théâtre de Nice
Plage tattoo
 
 
Théâtre de Nice
Cigla
 
 
Théâtre de Nice
Rebetiko !
 
 
Théâtre de Nice
Baril de poudre
 
 
Théâtre de Nice
Margrete I
 
 
Théâtre de Nice
Experimentum mundi
 
 
Théâtre de Nice
Crave
 
 
Théâtre de Nice
You never see me where I see you