Les archives du Théâtre de Nice

 
2009 - 2010
 
Théàtre de Nice
 
50 spectacles
Sous la direction de:
Daniel Benoin
 

Calendrier de la saison

L'édito

Edito de la saison 2009 - 2010

Notre théâtre a quarante ans…

Sans céder à un goût immodéré pour les commémorations, cet anniversaire n’est pas sans importance pour moi. Un bref rappel historique. Ce fut en 1969, tardivement donc par rapport à l’instauration d’autres Centres Dramatiques dans des villes comme Saint-Etienne, Strasbourg, Marseille que fut créé à Nice un Centre Dramatique National, dont la direction fut confiée à Gabriel Monnet.
Les débuts ne furent pas faciles. Le spectacle d’ouverture, une pièce d’Edward Bond bien accueillie par le public, provoquera tout de même pas mal de remous, surtout auprès des autorités municipales de l’époque : le théâtre subventionné est-il autorisé à aborder des thèmes politiques, à traiter des sujets qui dérangent ?
Mais rappelons-nous : il y avait eu un peu auparavant mai 68, avec des débats passionnés sur la culture et le théâtre, notamment à Villeurbanne où des rencontres réunissaient les responsables du théâtre décentralisé pour définir ce que devait être la fonction du théâtre dans la cité.

Quatre ans plus tard, à Villeurbanne justement, Roger Planchon prenait en charge le nouveau TNP, préférant l’installer dans son Théâtre de la Cité, plutôt qu’au Théâtre de Chaillot. Gabriel Monnet et Roger Planchon ont montré le chemin. Ils ont inscrit dans la réalité le « Théâtre – Service public », un théâtre s’adressant au plus large public, mais en même temps ouvert sur le monde et proposant une réflexion sur le temps présent, un théâtre exigeant et novateur sur le plan artistique : Ils en ont démontré la nécessité. Roger Planchon, qui nous a quittés il y a quelques jours, fut un grand maître de la mise en scène. Il inventa la manière de « dépoussiérer » les grandes œuvres du répertoire : George Dandin, Tartuffe, Le Cid… En les resituant dans leurs contextes historiques, il leur rendait leur force critique originelle, en faisant surgir la modernité. Mais aussi, il écrivait et montait des pièces en prise directe avec le réel de notre époque. Pour nous tous, dans la décentralisation théâtrale, il constitue un modèle et une référence.

Pour ma part, je pense, à la suite de Gabriel Monnet et Roger Planchon, que parler des problèmes de notre temps est une priorité absolue pour le théâtre aujourd’hui.
Cet art si archaïque (depuis l’Antiquité il consiste à réunir dans un même lieu acteurs et spectateurs autour d’un texte, d’un imaginaire), devient l’art le plus moderne, le plus contemporain qui soit, s’il présente – ici et maintenant – de façon vivante, hors d’une tradition figée, les interrogations et les problèmes de notre époque. En 2002, lors de mon arrivée à Nice, j’ouvris la saison avec un spectacle particulièrement dérangeant : « Festen ». L’accueil du public m’a confirmé dans mes convictions.

Depuis quelques mois, il m’apparaît encore plus fortement qu’auparavant que le théâtre aujourd’hui ne peut ignorer ce qui est pour nous l’actualité la plus brûlant, c’est-à-dire la crise économique, financière, mais surtout sociale et morale dans laquelle nous venons d’entrer. J’ai recherché comment en rendre compte : plusieurs pièces de Bertolt Brecht, Georges-Bernard Shaw ou Edouard Bourdet pouvaient permettre de l’aborder par un détour. J’ai fait plutôt le choix d’une pièce contemporaine, « Le Roman d’un trader », écrite par Jean-Louis Bauer, qui, avec une dramaturgie tout à fait originale, passant sans cesse du réel à l’imaginaire, de la bouffonnerie à la gravité, montre en s’inspirant du cas Kerviel, comment un joueur irresponsable peut entraîner dans la chute tout un système économique, la société toute entière. La même actualité me conduit aussi à reprendre « A.D.A. » : « L’argent des autres », de Jerry Sterner, pièce écrite en 1987, mais qui aujourd’hui prend une résonnance particulière : la conséquence catastrophique de l’absence de moralité dans les affaires.

Je montrerai enfin, au cours de la saison prochaine, « Le Collectionneur » de Christine et Olivier Orban, d’après le roman de Christine Orban, qui décrit avec subtilité, dans une intrigue pleine de suspens, comment l’intrusion de l’exceptionnel, de l’objet le plus désiré, peut avoir un effet dévastateur sur les relations affectives et sociales.
Daniel Benoin
L'équipe

L'équipe de la saison 2009 - 2010

L’EQUIPE 2009-2010

Direction générale
Daniel Benoin
Administrateur
Claude Becker
Attaché de direction
Serge Frigério
Secrétaire de direction
Simone Ginefri

Chef comptable
Cathy Arnéodo
Comptable principale
Fabienne Romana

Secrétaire générale
Ella Perrier
Attachée à la presse et à l’information
Dominique Buttini-Chasles
Relations publiques entreprise et groupes
Astrid Laporte
Relations publiques scolaires et universitaires
Agnès Mercier

Responsable billetterie et informatique
Sylvie Langlois
Attaché à l’accueil
Eric Delucis
Caissière - Hôtesse d’accueil
Nathalie Sérane
Caissier - Hôte d’accueil
Jean-Bernard Seize

Directeur technique
Jean-Pierre Laporte
Directeur technique adjoint, régisseur lumière
René Poulin
Assistante technique
Virginie Pelsez
Responsable bâtiment
François Moret
Régisseur lumière
Alexandre Toscani
Régisseur son
Guillaumes Pomares
Régisseur de scène
François Bollone
Régisseurs de scène adjoint
Sauveur Fargione
Régisseur polyvalent
Christian Romana
Machiniste
Florian Sauvat
Chef d’atelier
Pascal Brodin
Constructeur-machiniste
Hugues de Baecke
Chef habilleuse
Elisa Octo

Standardistes
Maurine Juhel, Jocelyn Bouvier
Coursier
Benjamin Gallon

Les comédiens permanents
Jacques Bellay, Paul Chariéras, Paulo Correia

Assistante artistique
Emmanuelle Duverger


 
 
Théâtre de Nice
Le Roman d'un trader
 
 
Théâtre de Nice
So Sweet Swift !
 
 
Théâtre de Nice
A.D.A. L'Argent des autres
 
 
Théâtre de Nice
Antigone
 
 
Théâtre de Nice
Les Fiancés de Loches
 
 
Théâtre de Nice
Music-hall
 
 
Théâtre de Nice
La Valise de Jaurès
 
 
Théâtre de Nice
Lorenzaccio
 
 
Théâtre de Nice
Miam Miam
 
 
Théâtre de Nice
Marie Modiano
 
 
Théâtre de Nice
Femme blanche
 
 
Théâtre de Nice
La Chapelle-en-Brie
 
 
Théâtre de Nice
Les Garçons et Guillaume, à table !
 
 
Théâtre de Nice
Les Chaises
 
 
Théâtre de Nice
Enfin libre !
 
 
Théâtre de Nice
Les Nuits blanches
 
 
Théâtre de Nice
La Vie devant soi
 
 
Théâtre de Nice
Le Point sur Robert
 
 
Théâtre de Nice
Le Collectionneur
 
 
Théâtre de Nice
Le Malade imaginaire
 
 
Théâtre de Nice
Phèdre
 
 
Théâtre de Nice
Una Bella giornata napoletana
 
 
Théâtre de Nice
Blanche-Neige
 
 
Théâtre de Nice
Opium
 
 
Théâtre de Nice
Sténopé
 
 
Théâtre de Nice
Peines d'amour perdues
 
 
Théâtre de Nice
Choc des civilisations…
 
 
Théâtre de Nice
Raul Paz
 
 
Théâtre de Nice
Jules et Marcel
 
 
Théâtre de Nice
Les Funambules
 
 
Théâtre de Nice
En attendant Godot
 
 
Théâtre de Nice
La Divine Miss V.
 
 
Théâtre de Nice
Sacrifices
 
 
Théâtre de Nice
Le Jardin des délices
 
 
Théâtre de Nice
Une Trompinette au paradis
 
 
Théâtre de Nice
Le Petit Prince
 
 
Théâtre de Nice
L'Entretien de Monsieur Descartes...
 
 
Théâtre de Nice
La Seconde surprise de l'amour
 
 
Théâtre de Nice
L'Araignée de l'Eternel
 
 
Théâtre de Nice
Les Deux Jumeaux
 
 
Théâtre de Nice
Öper Öpis
 
 
Théâtre de Nice
Les Nouvelles brèves de comptoir
 
 
Théâtre de Nice
Raoul
 
 
Théâtre de Nice
Noël Russe
 
 
Théâtre de Nice
Avrora
 
 
Théâtre de Nice
IZ-MY-LOV
 
 
Théâtre de Nice
Roi Lear
 
 
Théâtre de Nice
Sonia
 
 
Théâtre de Nice
San Francisco à Nice
 
 
Théâtre de Nice
Ballet Contemporain